Ellendhel's Blog

Annonce2014, nouvelle année

Bien que la publication d'articles soit moins régulière, ce blog est néanmoins entretenu, avec la refonte de la page d'archives et d'autres changements sont envisagés dans les mois à venir.

Et bonne année 2014 à tous.

publié le 21 janvier 2014

lien direct

CubeLego Architecture Studio

Si vous vous intéressez un tant soit peu à l'architecture, vous devez probablement savoir que Lego propose une série au nom éponyme permettant de (re)construire différents bâtiments célèbres (la Maison Blanche, l'Empire State Building, ...). L'intérêt étant d'avoir un modèle aussi proche que possible de l'original malgré les limitations des célèbres briques. Toutefois, ces bâtiments sont "finis", vous pouvez toujours utiliser le set de briques pour construire quelque chose de différent, mais vous n'aurez pas toujours les bonnes pièces pour arriver à vos fins.

Et là, Lego a eu la bonne idée (hormis pour votre porte-feuille) de proposer une grosse boîte "Lego Architecture Studio" pour construire la maison de vos rêves. Plus de 1200 petites briques, avec suffisamment de variété pour expérimenter différents types de toits, terrasses, fenêtres et autres mezzanines.

Quelques rapides constats :

C'est blanc. Toutes les briques proposées sont blanches, plus quelques translucides. L'avantage est que lorsque vous cherchez une brique, vous vous concentrez sur sa forme, son utilité, son design, aucun problème du genre "ah, il me faut la même, mais en gris clair" ; on perd pas son inspiration pour une basse question matérielle. Revers de la médaille, on obtient au final des maisons ou immeubles monochromes, et parfois avec un léger manque de relief. C'est le même principe lorsque vous regardez un plan, le noir et blanc dominent, bien que la réalité soit plus riche.

Ce n'est pas vraiment triable. Même si des petites boîtes de rangements sont là, les Lego étant ce qu'ils sont, il est difficile de se concentrer uniquement sur le tri, on en vient vite à assembler quelque chose sous le coup d'une idée soudaine. C'est probablement la meilleure chose que l'on puisse souhaiter.

Il manque une plaque de base. Ou deux même, une grise et une verte pour différents types de terrains. Sans plaque de base, on manque parfois de perspective et on fonde son bâtiment sur des petites plaques qui pourraient servir à autre chose.

Pas de feuilles d'instructions, mais un livre de 270 pages sur l'architecture, pour vous donner quelques exemples et beaucoup d'inspiration. Différents thèmes sont abordés (volume, échelle, symétrie, répétition, ...) par différentes équipes d'architectes (probablement réputées mais dont j'ignorais l'existence). Ce n'est pas le genre de livre avec moult photos de bâtiments en Lego (comme peut l'être "Brick City" de Warren Elsmore) mais bien un livre d'architecture avec des exemples concrets de bibliothèques, maisons, villas, ... qui décortique ce qui fait leur unicité et leur richesse. Accessoirement, cela donne envie de voyager pour voir tout cela de ses propres yeux...

Et enfin, c'est un peu cher ($150) et il n'est pas certain que ce soit disponible partout (aucune mention sur le site Lego français, le site américain est en rupture de stock).

Mise à jour : renseignement pris auprès de la compagnie Lego "set 21050 LEGO Architecture Studio will be available in the U.S. only. It is not going to be available in any other market". Dommage.

Dans tous les cas, l'expérience fonctionne, une fois la boîte ouverte on commence rapidement à construire un building ou une maison, et après plusieurs tentatives on obtient quelque chose de satisfaisant. Et au final, je me retrouve avec une chapelle, une petite maison et un immeuble de bureau (vous trouverez les boutons de navigation pour passer d'une étape de construction à l'autre en bas de page et la liste des pièces utilisées en annexe). Ce sont des modèles concurrents, vous n'aurez pas besoin de démolir l'un pour utiliser les briques pour un autre (et il vous restera encore de quoi faire). Les instructions ont été crées avec Lego Digital Designer, qui à la bonne volonté de fonctionner sous Linux Slackware avec Wine (en utilisant une Slackware 32 bits ou multilib, Wine ne supportant qu'un seul type d'architecture). Il existe également d'autres logiciels de "CAO-LEGO" tels que LDCad ; je me suis pour le moment contenté du plus simple à prendre en main (et aucun ne m'a semblé être libre). Du fait que Lego Architecture Studio ne propose pas d'instructions et encourage à expérimenter, il est recommandé d'utiliser un tel logiciel pour garder des traces de ses réalisations (et les partager).

Gagner le Prix Pritzker n'est sûrement pas du domaine du possible avec des Lego, mais il est maintenant possible de suivre les traces des grands architectes de manière ludique.

publié le 18 août 2013

lien direct

LinuxSupervision système et réseau avec Monit

Dès lors que l'on dispose de plusieurs équipements réseaux (serveurs, imprimantes, commutateurs, ...), et que ces équipements sont mis à disposition d'un certain nombre de personnes, se pose la question de la supervision des ressources utilisées. Si votre principal commutateur défaille, tout ce qui y est rattaché ne sera évidemment plus joignable ; si votre serveur de courrier est saturé vos utilisateurs ne tarderont pas à se plaindre, ... Si cela reste acceptable pour un réseau domestique local, il est nécessaire d'avoir un système de surveillance et d'alerte dès que l'on se trouve à une échelle supérieure.

Slackware ne propose rien de particulier pour remplir ce besoin. Certes, les outils SNMP sont là mais encore faut-il que vos équipements "parlent" SNMP, et cela requiert une configuration poussée. Un outil de supervision léger est probablement une bonne chose pour débuter, et Monit est alors une solution à considérer.

Une fois l'archive .tar.gz téléchargée et vérifiée depuis le site officiel, vous pouvez envisager l'installation. Rien de très compliqué, si ce n'est de désactiver le support des bibliothèques PAM (Pluggable Authentication Modules) qui ne sont pas utilisés par Slackware. Vous pouvez aussi indiquer le répertoire /etc comme emplacement pour le fichier de configuration :

./configure --without-pam --sysconfdir=/etc
make
make install

Après la dernière étape vous devrez recopier le fichier de configuration fourni en exemple pour construire le vôtre. Chose importante, les droits pour ce fichier devront être redéfinis pour retirer tout accès depuis un compte autre que celui de root. En effet, Monit permet de définir des accès distincts selon les utilisateurs, mais les mots de passe sont conservés en clair (ce qui est un reproche majeur, quoiqu'unique).

cp /usr/local/src/monit/monit-5.5.1/monitrc /etc
chmod 600 /etc/monitrc
chown root:root /etc/monitrc

Beaucoup de choses sont maintenant à définir, avant même de considérer la surveillance de votre serveur, commutateur ou autre.

Paramètres globaux

Monit utilise deux fichiers pour conserver des informations sur le processus en cours ; un fichier .id (et non pas .pid) et un fichier .state. Vous pouvez placer ces deux fichiers dans le répertoire /var/run.

set idfile /var/run/monit.id
set statefile /var/run/monit.state

Plusieurs options sont liées à l'envoi d'alertes par courrier électronique, mais cela déborde du cadre du présent article. Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans la mise en place d'un serveur SMTP sur votre machine, vous pouvez éventuellement utiliser un script avec la commande mail pour l'envoi des alertes via un serveur externe.

Fichiers journaux

La gestion des alertes est une chose, mais l'enregistrement des évènements dans un fichier journal est toujours utile. Par défaut, tout ceci est envoyé vers le fichier /var/log/syslog, qui est déjà rempli par moult autres applications ; un journal réservé à Monit peut-être déclaré dans le fichier monitrc.

set logfile /var/log/monit.log

Comme pour tout fichier journal, vous aurez besoin de gérér son versionnement au fil du temps avec logrotate. Les commandes nécessaires sont à placer dans le fichier /etc/logrotate.d/monit.

/var/log/monit.log {
    missingok
    sharedscripts
    postrotate
        /usr/local/bin/monit reload 1> /dev/null 2>&1
    endscript
}

Accès HTTPS

Monit fournit une interface web pour faciliter les tâches de supervision protégé par un identifiant et un mot de passe ; il est préférable de chiffrer cet accès pour éviter que ce dernier ne transite en clair. Toutes les étapes pour l'utilisation d'un certificat auto-signé sont documentées (en anglais) sur le wiki du projet. La première partie consiste bien sûr à générer un certificat avec OpenSSL, et en seconde partie spécifier les options adéquates dans le fichier monitrc.

Script de démarrage

Bien sûr, la gestion de ce nouveau service peut se faire manuellement, et le démarrage via le fichier /etc/rc.d/rc.local, mais un fichier dédié est toujours plus pratique. Vous pouvez télécharger un script rc.monit ici même ; modifiez au besoin le chemin vers le binaire pour correspondre à votre installation. Vous pourrez activer ce script depuis le fichier /etc/rc.d/rc.inet2.

Surveillance des ressources

Arrivé à ce point, vous pouvez débuter la configuration de Monit pour surveiller vos ressources (espace disque, processus, connection réseau, ...). Le fichier de configuration par défaut propose plusieurs exemples et la documentation est bien entendue à votre disposition.

publié le 19 juillet 2013

lien direct